Sélectionner une page

Les remèdes à base de fleurs de Bach existent depuis près de cent ans et ont été créés par Edward Bach, un médecin britannique. En fait, il ne semble pas y avoir eu beaucoup de « cerveau » impliqué dans le développement de cette curieuse méthode de guérison alternative.

Bach était un médecin de formation traditionnelle qui, désenchanté par la façon dont la médecine était pratiquée, s’est mis à la recherche de nouvelles méthodes de guérison. Puis en 1930, à l’âge de trente ans, alors qu’il marchait dans un champ de fleurs étincelantes de rosée, il a eu une révélation. Il a supposé que l’essence spirituelle d’une fleur était transférée à la rosée lorsque la fleur était exposée au soleil, et que cette rosée avait des propriétés curatives. Cliquez ici pour en savoir plus.

Cette remarquable intuition est venue à Bach, comme il le soutenait, par « inspiration ». Il a découvert que pour sentir le potentiel thérapeutique spécifique d’une fleur, il lui suffisait de tenir un pétale dans sa main. Bach a ensuite développé ses essences curatives en exposant au soleil des pétales de fleurs flottant dans un bol en verre rempli d’eau de source. Il a affirmé que de cette manière, l’énergie spirituelle de la fleur était transférée à l’eau, dont quelques gouttes pouvaient ensuite être utilisées à des fins de guérison. L’idée bizarre de Bach était que l’esprit de la plante communiquait avec l’esprit humain et soulageait les humeurs négatives et le « manque d’harmonie » entre l’âme et le corps qui provoque la maladie. La maladie, soutenait Bach, « ne sera jamais guérie par les méthodes matérialistes actuelles, pour la simple raison que la maladie à son origine n’est pas matérielle, mais est le résultat d’un conflit entre l’âme et l’esprit et ne sera jamais éradiquée, sauf par un effort spirituel et mental ».

Différentes essences de fleurs sont utilisées à des fins différentes. Par exemple, l’essence de folle avoine dirige l’individu confus ou perdu vers son chemin de vie. C’est, dit-on, le remède parfait pour la personnalité de type « chercheur » pour soulager ses désirs d’âme et ses errances fatigantes. L’avoine sauvage est également recommandée aux jeunes en quête de vocation ou à toute personne en pleine crise de la quarantaine. Alors, où sont les preuves de ces affirmations ? Les distributeurs des remèdes Bach disent qu’ils n’ont aucun intérêt à prouver l’efficacité des remèdes, ils laissent simplement les clients se faire leur propre opinion. Mais en réalité, d’autres ont réalisé des essais contrôlés par placebo. Qu’ont-ils montré ? Que tous les sujets, qu’ils appartiennent au groupe des essences de fleurs de Bach ou au groupe placebo, ont constaté une diminution de l’anxiété, mais qu’il n’y avait aucune différence entre les groupes.

La conclusion est que les remèdes à base de fleurs de Bach sont un placebo efficace contre l’anxiété mais n’ont pas d’effet spécifique. Ainsi, si vous utilisez le « remède aux cinq fleurs » pour atténuer la peur et rétablir un état de calme et de confiance, comme on le prétend, vous recevez en fait une dose d’extrait de fleur sans conséquence avec une dose massive de placebo. Bien sûr, je n’ai peut-être que cette opinion car je ne prends pas d’essence de fleur de hêtre qui « aide à réduire la tendance à juger les autres ou à être hypersensible à leur environnement ». Les natures critiques et accusatrices sont souvent une indication des sentiments intérieurs de vulnérabilité et d’insécurité. Cette essence neutralise les attitudes intolérantes et critiques par des sentiments de tolérance et d’acceptation ». Je me demande quelle essence est un remède contre la pensée absurde ?