Maladie de verneuil : Qu’est-ce que la maladie de verneuil ou hidradenitis suppurativa ?

LES PRINCIPALES VOIES DE COMMUNICATION :

– La HS est une maladie de la peau qui provoque des bosses douloureuses et récurrentes qui peuvent laisser échapper du liquide et laisser des cicatrices lorsqu’elles guérissent.

– Un diagnostic et un traitement précoces peuvent être bénéfiques aux personnes atteintes de HS, mais le diagnostic est souvent retardé de plusieurs années.

– La HS n’est pas contagieuse ou causée par une mauvaise hygiène, mais par des problèmes du système immunitaire.

– La HS est généralement diagnostiquée par un dermatologue.

– La HS n’est pas rare – des millions d’Américains et environ 1 % de la population européenne seraient atteints de HS.

– Bien que la HS ne puisse pas être guérie, elle peut être traitée efficacement et peut devenir inactive pendant de longues périodes.

Entre 1 et 4 % de la population vit avec l’hidradenitis suppurativa (HS), une affection cutanée caractérisée par des bosses et des plaies douloureuses sur la peau. Les bosses peuvent durer des mois, guérir et réapparaître à plusieurs reprises, former des cicatrices, ou éclater et laisser échapper du pus malodorant. Les HS, également connues sous le nom d’acné inversa, d’acné ectopique, d’acné apocrine, de maladie de Verneuil ou de maladie des tanières de renard, peuvent avoir un effet négatif sur la qualité de vie et s’avèrent souvent difficiles à traiter. Pour en savoir plus, lisez cet article.

L’hidradenitis suppurativa est souvent confondue avec d’autres affections cutanées, notamment l’acné, les furoncles, les kystes et la folliculite. Comme l’acné, l’HS se forme lorsque les follicules pileux se bouchent avec des bactéries et d’autres substances. Cependant, la SH est causée par un problème du système immunitaire plutôt que par un pore bouché ou une infection. Comme la SH peut ressembler à des affections cutanées courantes, il est préférable de consulter un dermatologue pour obtenir un diagnostic.

La HS peut survenir à tout âge, mais elle se développe souvent entre 20 et 30 ans. Elle est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes dans un rapport de trois pour un. Un diagnostic et un traitement précoces peuvent aider à gérer les symptômes de la HS, à prévenir sa progression et à éviter des complications telles que la cicatrisation. Malheureusement, le délai moyen de diagnostic est de sept ans. La dépression et l’isolement auto-imposé sont courants chez les personnes atteintes de HS, car la douleur et les effets visibles sur la peau ont un impact émotionnel.

Quelles sont les causes de l’hidradénite suppurée ?

L’hidradénite suppurative est une affection inflammatoire chronique de la peau provoquée par des irrégularités du système immunitaire. Certains chercheurs pensent que l’HS se développe lorsque le système immunitaire réagit de façon excessive à un follicule pileux bouché.

Où la HS se manifeste-t-elle ?

La peau contient deux types de glandes sudoripares. Les glandes sudoripares eccrines libèrent du fluide à la surface de la peau, et les glandes sudoripares apocrines libèrent du fluide dans les follicules pileux. La SH est limitée aux parties de la peau contenant des glandes sudoripares apocrines. Les zones contenant des glandes sudoripares apocrines comprennent :

Les femmes ont tendance à développer des HS plus fréquemment au niveau des aisselles, de l’aine et sous les seins ( voir aussi cet article ). Les hommes développent plus fréquemment des HS dans la peau autour de l’anus. Chez certaines personnes, la nuque et la peau derrière les oreilles peuvent également être touchées.

Quels sont les symptômes de la HS ?

La maladie commence généralement par une simple bosse douloureuse qui persiste pendant des semaines ou des mois. Certaines personnes ne présentent que des symptômes légers, mais pour d’autres, la SH s’aggrave progressivement.

Les symptômes de la SH peuvent inclure des points noirs à deux têtes, ainsi que des bosses ou des lésions rouges et sensibles qui peuvent grossir. Des grosseurs dures, de la taille d’un pois, souvent confondues avec des furoncles, peuvent également se développer sous la peau et persister pendant des mois.

Les bosses gonflées associées aux HS peuvent se rompre spontanément avec un écoulement malodorant, et peuvent guérir puis réapparaître. Les lésions fusionnent parfois en abcès dermiques. Ces abcès peuvent laisser échapper du pus et peuvent être difficiles à guérir. Des fistules peuvent également se former, entraînant le développement de vastes tunnels sous la peau, appelés sinus.

Les voies sinusales peuvent être reliées entre elles sous la surface de la peau, ce qui provoque une inflammation et permet à l’infection de se propager plus profondément et de se répandre. Dans les cas graves, un tissu cicatriciel épais et douloureux peut se former et limiter les mouvements du corps dans les zones touchées.

Certaines personnes atteintes de SH présentent également des démangeaisons, des brûlures et une transpiration abondante.

La HS peut avoir un impact sur la qualité de vie en provoquant des symptômes psychologiques tels que la dépression, l’anxiété, le stress, une faible estime de soi, l’isolement social et des problèmes d’intimité.

Qui est à risque pour l’Hidradenitis Suppurativa ?

L’hidradénite suppurative touche entre 1 et 4 % de la population mondiale. Elle est trois fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. Les personnes d’origine africaine et européenne courent un risque plus élevé de développer une HS, alors qu’elle est rare chez les personnes d’origine asiatique.

L’HS commence généralement vers la puberté lorsque les niveaux d’hormones augmentent et activent les glandes sudoripares apocrines. Peu de personnes développent une HS avant l’âge de 11 ans, et si elles le font, il s’agit souvent d’une puberté précoce. Il est rare que la HS se développe après la ménopause ou à 55 ans.

La génétique joue un rôle dans le développement de l’hidradenitis suppurativa. Environ un tiers des personnes qui développent une HS ont un parent de sang atteint de cette maladie.

Le tabagisme peut être un facteur de risque pour le développement de l’hidradenitis suppurativa. Bien que ce lien nécessite des recherches plus approfondies, il est prouvé que l’HS est plus fréquente chez les fumeurs que chez les non-fumeurs. Une étude portant sur 50 millions d’Américains a révélé que les fumeurs avaient presque deux fois plus de chances de recevoir un diagnostic de SH que les non-fumeurs. D’autres études ont établi un lien entre le tabagisme et une plus grande gravité de la SH.

L’obésité ou la surcharge pondérale ne sont pas des causes directes de la SH, mais elles sont associées à des symptômes plus graves. Une étude portant sur 115 personnes souffrant d’hidradénite suppurée a révélé que les personnes ayant un indice de masse corporelle ( IMC ) considéré comme obèse présentaient des symptômes plus graves que celles qui n’en avaient pas. Les personnes ayant un IMC en surpoids présentaient des symptômes plus graves que celles ayant un IMC normal.

La HS semble également plus fréquente chez les personnes souffrant d’acné, et peut être plus fréquente chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK).

Mythes courants sur la SH

Il existe de nombreuses idées fausses courantes sur l’hidradenitis suppurativa qui contribuent à stigmatiser cette maladie douloureuse et parfois débilitante. Voici la vérité qui se cache derrière plusieurs des mythes les plus courants.

La HS ne peut pas se transmettre d’une personne à l’autre. On pense qu’elle est causée par un dysfonctionnement du système immunitaire.

La HS n’est pas contagieuse et n’est causée par aucun type d’infection. Les lésions de HS se développent souvent autour des organes génitaux et de l’anus car ces zones contiennent des glandes apocrines.

Les dermatologues ont déterminé que la HS n’est pas causée par une mauvaise hygiène. La HS est causée par un dysfonctionnement du système immunitaire et peut commencer par une réaction immunitaire à un follicule pileux bouché.

Selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), une maladie rare est une maladie qui touche moins de 200 000 Américains. La SH n’est pas une maladie rare, car elle touche entre 1 et 4 % de la population, soit 3,2 à 13 millions d’Américains.

Quels sont les stades de la SH ?

Les dermatologues décrivent les cas d’hidradenitis suppurativa de légère à sévère en utilisant un système connu sous le nom de stades de Hurley. Les cas légers peuvent se composer de petites bosses sur la peau, de points noirs ou de quelques kystes cutanés. Les formes plus graves peuvent entraîner des abcès récurrents, qui libèrent parfois un liquide malodorant.

Les trois stades de Hurley sont définis par les symptômes suivants :

Certains médecins utilisent également le score de Sartorius modifié, conçu en 2003. Il s’agit du premier outil validé dédié à la HS et il est basé sur quatre paramètres cliniques, dont les parties du corps concernées, le nombre et le type de lésions et la distance entre les lésions. Le score de Sartorius est davantage utilisé pour la recherche que dans la pratique clinique quotidienne.

Tous les cas d’hidradénite suppurée n’évoluent pas vers des stades plus avancés, mais certains cas d’HS peuvent continuer à réapparaître et s’aggraver s’ils ne sont pas correctement pris en charge. Il est important de diagnostiquer et de gérer correctement la HS le plus tôt possible afin d’éviter qu’elle n’évolue vers un stade plus grave.

Quelles sont les options de traitement de la HS ?

Il n’existe actuellement aucun traitement permanent de l’hidradénite suppurée, bien qu’elle puisse devenir inactive pendant de longues périodes après un traitement réussi.

Les médicaments, qui peuvent inclure des antibiotiques, des corticostéroïdes, des traitements hormonaux et certains produits biologiques, améliorent les symptômes chez certaines personnes atteintes de HS. Certains médicaments contre la HS sont pris par voie orale, tandis que d’autres sont appliqués par voie topique ou injectés. Les antibiotiques peuvent réduire l’inflammation, combattre l’infection, empêcher la HS de s’aggraver et stopper les nouvelles éruptions. Les corticostéroïdes peuvent également contribuer à réduire l’inflammation, ce qui peut aider à éliminer la HS et à prévenir de nouvelles éruptions. Une autre option pour certaines femmes est l’hormonothérapie. Actuellement, seul un produit biologique (adalimumab) a été approuvé par la FDA et l’EMA pour le traitement de la HS.

Chez certaines personnes, la HS s’avère difficile à traiter et ne répond pas aux médicaments. La chirurgie peut être efficace pour traiter les personnes qui souffrent de HS depuis plus longtemps. La chirurgie réussit parfois à rendre la SH inactive sur de longues périodes, bien que les plaies puissent réapparaître. Pour les cas graves de SH qui ne répondent pas aux autres traitements, la radiothérapie peut être une option.

De nombreuses personnes atteintes de SH souffrent d’anxiété, de dépression et d’isolement social liés aux symptômes de la SH. Les symptômes psychologiques de la SH peuvent s’améliorer grâce à la thérapie par la parole, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), la méditation ou en participant à un groupe de soutien, soit en personne soit dans le cadre de myHSteam. Si vous vous sentez déprimé, consultez votre médecin pour connaître les traitements possibles. Les médicaments antidépresseurs peuvent être un traitement efficace pour certaines personnes.

Les remèdes à domicile et les changements de mode de vie aident certaines personnes atteintes de SH à se sentir mieux.

Conditions de santé associées au SH

Outre l’hidradenitis suppurativa elle-même, voici quelques-unes des affections les plus courantes qui accompagnent l’HS

– L’obésité est considérée comme un facteur de risque de HS et peut exacerber les symptômes.

– Le diabète est plus probable chez les personnes atteintes de HS que chez les personnes qui n’ont pas cette maladie de la peau. L’obésité est considérée comme un facteur possible dans cette statistique.

– Le syndrome métabolique (une combinaison d’hyperglycémie, d’obésité, d’hypercholestérolémie et d’hypertension) se produit souvent en même temps que la SH.

– La dépression est fréquente chez les personnes atteintes de HS, comme pour toutes les maladies chroniques. Les personnes atteintes de HS ont un taux de suicide plus élevé que la population générale. Il est tout aussi important pour les personnes atteintes de HS et de dépression de se faire soigner pour leurs symptômes psychologiques que pour leurs symptômes cutanés.

– La maladie de Crohn et la colite ulcéreuse semblent avoir un lien avec la HS.

– Les maladies cardiaques sont plus fréquentes chez les personnes atteintes de HS.

– L’arthrite rhumatoïde et l’arthrite psoriasique sont plus fréquentes chez les personnes atteintes de SH.

– D’autres maladies de la peau, notamment les plaies ouvertes sur les jambes, sont souvent associées à la SH.

– Le risque de cancer de la peau peut être plus élevé chez les personnes atteintes de SH.